Les BTS GPN à la transhumance !

Pour clôturer leur semaine d’immersion dans les paysages et espaces naturels remarquables du Cantal, les BTS GPN de Neuvic ont accompagné la transhumance du troupeau de brebis du groupement pastoral du Puy Mary. Une journée intense, riche, marquante…

Les BTS GPN de Neuvic découvrent la gestion d'un grand site de France

Vendredi 1er octobre

Réveil à 5h30 : petit déjeuner, on vide le gîte et on fait le ménage. Le rendez-vous est fixé à 8h00 au Col du Redondet avec Emma Noblecourt, chargée de mission Pastoralisme au Grand Site de France Puy Mary – Volcan du Cantal. Le bus nous pose au Pas de Peyrol à 7h30, et nous atteignons le Col du Redondet à pied. Les premiers rayons du soleil donnent sur le Puy de Chavaroche.

8h, Emma nous rejoint, et nous présente le projet qu’elle a bâti depuis le début d’année 2021.

L’équipe et les élus du Grand Site de France Puy Mary ont identifié la déprise agricole comme l’un des problèmes majeurs du territoire. Si on y ajoute les effets du réchauffement climatique, qui induit un glissement vers le haut de la limite des différents étages de végétation, la forêt pourrait bien d’ici quelques décennies prendre le pas sur les pelouses et les landes d’altitude, des habitats rares à l’échelle européenne et remarquables. Par exemple, la pelouse montagnarde à Nard raide (graminée montagnarde caractéristique des sols acides à très acides, que les agriculteurs appellent « le poil de bouc »), offre une riche association floristique qui se traduit par un paysage très fleuri de mai à juillet sur les crêtes. C’est l’habitat de la Gentiane jaune, de l’Arnica des montagnes, de la Violette des chiens, du Fenouil des Alpes…  Ressource herbagère de qualité, ces pelouses participent également à la qualité des produits agricoles élaborés sur le territoire.

Aussi, afin de maintenir les paysages ouverts, si caractéristiques du territoire, une « reconquête pastorale » est initiée par le Grand Site sur les surfaces identifiées comme étant en déprise, soit 4000 Ha. Un projet d’estive collective ovine voit le jour. Emma rencontre les éleveurs ovins du territoire, et un groupement pastoral réunissant 6 éleveurs désireux de participer à cette estive collective est créé, regroupant 600 brebis pour la première année du projet. Tony Joanny, éleveur à Récusset, en est le Président. Pour accueillir les troupeaux, Emma travaille sur les questions foncières, sanitaires et techniques de cette future estive. Il s’agit de nettoyer les accès, aménager des points d’abreuvement, et surtout prévoir l’accueil des bergèr.e.s pour le gardiennage, indispensable du fait de la présence du loup sur le Massif. Emma monte les dossiers administratifs de demande financement, dessine les plans d’une cabane, et organise sa construction avec des artisan.e.s locaux. La première saison de pâturage débute en juin 2021, sur 188 hectares.

La transhumance avec les bergers du Puy Mary

9h : nous arrivons à la cabane. Aurélie et Julien, « la bergère et le berger du Puy Mary », nous y attendent. Tony, le président du groupement est également présent. C’est la transhumance automnale : après avoir passé l’été sur les crêtes, les brebis doivent aujourd’hui changer de quartier et accéder à une estive plus basse.

Accueil convivial et chaleureux.

Julien est passionné et passionnant. Son lien avec ses chiens de conduite du troupeau : Assia, Jack, les 400 brebis encore présentes ainsi que quelques chèvres leur permettant une autonomie en lait durant la saison, l’attention et les soins qu’il leur porte, son parcours, le loup qu’il a beaucoup côtoyé dans les Alpes, les patous (chiens de protection du troupeau), les conditions de travail dans le froid et la pluie… nos 35 jeunes boivent ses paroles.

Des paroles dans lesquelles on ressent bien le lien fusionnel avec la bergère Aurélie, l’importance d’être 2, complémentaires et partageant la même passion et la même philosophie de vie.

10 h : Julien nous donne les consignes : un groupe devant les brebis, un groupe derrière. On ne traverse pas le troupeau, on ne crie pas, on fait attention aux chutes de pierre. C’est parti !

Les brebis sillonnent la montagne. Le troupeau s’étale. Julien hurle ses ordres à Assia et Jack. Les jeunes savourent… Les premiers guident, encadrent, font patienter les brebis de tête. Certain.e.s resserrent et canalisent le troupeau. Les dernièr.e.s motivent et poussent les brebis à la traîne. Julien explique et partage encore son savoir, ses connaissances, tandis que tout au long du parcours, les observations de chamois, cerfs, biches, marmottes, Gentiane pneumonanthe ou encore de vipère péliade ont alimenté les discussions.

13h : On arrive sur le vallon d’Impramau, le nouveau quartier. On parque les brebis dans leur nouvel enclos du soir. On partage un petit repas convivial, tiré du sac.

15h : On regagne Récusset où notre bus nous attend et on repart pour le lycée. Content.e.s et fièr.e.s d’avoir un petit peu contribué à la « reconquête pastorale » du Puy Pary.

Merci Emma, Julien, Aurélie et Tony pour cette belle expérience qui a conclu une semaine d’immersion inoubliable pour nos élèves notamment marquée par une nuit à la belle étoile en extérieur, bercée par le brâme du cerf, et des animations nature dans les monts du Cantal au milieu des girolles.

Carine R.